All posts tagged: slow life

Sophie-Charlotte Chapman, entreprendre slow pour renouer avec soi-même

Le fait d’entreprendre est-il compatible avec l’idée même de slow life ? Si le désir de voler de ses propres ailes témoigne d’une envie de vivre autrement, celles et ceux qui ont pris ce chemin le savent : la vie d’entrepreneur(e) implique de ne pas compter ses heures. D’œuvrer sans relâche, à la force de ses mains, pour (espérer pouvoir) vivre de son travail. Avec en toile de fond, un désir profond de renouer avec soi-même. Mais si le quotidien d’entrepreneur(e) n’est pas de tout repos, entreprendre slow n’est-il pas justement la meilleure réponse pour qui souhaite se (re)trouver ? Travailler, oui. Beaucoup, sans doute. Mais aussi « prendre la mesure du temps » en faisant le choix, en pleine conscience, de s’accorder du temps pour soi. Qu’elles manient la plume, le compas ou les aiguilles… Toutes semblent unanimes : s’il est difficile de s’autoriser à se poser tant les tâches sont nombreuses, prendre du temps pour soi permet de se ressourcer pour mieux revenir. Sophie-Charlotte Chapman en a pris son parti. Auteure du blog Vivre de sa créativité, on lui doit également plusieurs …

réseaux sociaux

Réseaux sociaux : aurions-nous donc perdu la tête ?

En début d’année, Ophélie (Antigone XXI) puis Annabelle (Mademoiselle Coccinelle) – pour ne citer qu’elles – déploraient, l’une pour la dépendance qu’ils induisent, l’autre pour leurs effets sur son estime de soi et ses humeurs, l’impact des réseaux sociaux sur elles. Une lassitude qui semble se généraliser :

travailler moins : carnet-la-brocheuse

Slow life : travailler moins pour vivre plus (heureux)

Jamais je n’aurais imaginé poser un jour sur le papier ces mots, ou plutôt ces maux. Puis il y a eu cet excellent article, « travailler moins, gagner moins et vivre mieux », écrit par Natasha (Échos verts), qui m’a donné envie de prendre ma plume à mon tour tant cette philosophie m’est chère. Et les mots se sont mis d’eux-mêmes à jaillir, encore et encore, comme si je les avais trop longtemps retenus… Car évoquer l’idée de travailler moins pour vivre mieux n’aurait aucun sens pour moi si je n’évoquais pas les raisons qui m’y ont amenée, à commencer par celle dont on prononce encore timidement le nom : le burn-out. Burn-out : quand le travail devient insupportable

Pourquoi pratiquer le slow blogging

Si je n’avais qu’une seule chose à retenir de l’année qui vient de s’écouler, ce seraient les bénéfices que l’on retire à prendre le temps. Au gré des rencontres avec les marques et créateurs qui m’ont fait le plaisir de partager des morceaux de vie sur « Et si deux mains », au gré des discussions avec vous, aussi, mon cheminement qui n’en était qu’à ses prémices a pris une nouvelle ampleur. Consommer autrement, en privilégiant les créations éthiques, a été un premier pas. Puis, au fil du temps, ce cheminement écologique m’a amenée à un cheminement plus minimaliste et slow… Grâce auquel je (re)découvre chaque jour les plaisirs simples et pourtant essentiels de la vie. Le quotidien est prétexte à tant de petits bonheurs pour qui sait les apprécier ! Un cheminement qui m’amène, aussi, à doucement prendre la voie du slow blogging…