All posts tagged: Cosmétiques

Wend-Kuuni, créatrice de Maison Dassam

Wend-Kuuni, Maison Dassam : “Mon métissage m’a offert de m’ouvrir au Monde”

Un don de Dieu. C’est ainsi que peut être accueilli un petit être qui a été profondément désiré par ses parents. Parfois, l’attente est longue, trop longue, si bien que devenir parent s’apparente à un chemin semé d’embûches, nous faisant osciller entre espérance fragile et désespoir le plus profond. Cette attente qui s’éternise rythme alors nos journées et nos nuits, nous offrant de repousser les limites du possible, de chercher en nous une force et un courage dont on se croyait incapables. C’est ainsi qu’il y a 30 ans, un homme et une femme, éperdument amoureux, ont quitté leur Burkina Faso natal pour la France, où ils espéraient que la médecine leur permette d’enfin porter, donner la vie. Et il en faut du courage pour laisser derrière soi famille, amis, toit, travail et stabilité… Mais ce risque, ils étaient prêts à le prendre et jamais ils ne l’ont regretté : quelques années plus tard, ils tenaient enfin dans leurs bras Wend-Kuuni (littéralement, “don de Dieu” en Moorée, langue du Burkina Faso). Une petite fille désirée et aimée à qui ils ont offert un inestimable cadeau : le métissage culturel, qui l’a bercée depuis sa plus tendre enfance, faisant d’elle une jeune femme ouverte d’esprit. Aujourd’hui, en nous ouvrant “une fenêtre sur l’Afrique” via sa marque Maison Dassam, Wend-Kuuni rend à son tour hommage avec beaucoup d’amour à ses aïeux, à ses racines :

Maison Dassam, cosmétiques issus du savoir-faire burkinabé

Maison Dassam, hommage à la richesse du savoir-faire burkinabé

Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines ❞  (Marcus Garvey). Ancrées dans les mémoires, collectives et individuelles, nos racines nous sont essentielles pour être. Les connaître, c’est non seulement pouvoir espérer ne pas reproduire les erreurs passées mais aussi se voir offrir la chance de perpétuer des traditions transmises de générations en générations avant nous. De tenir entre nos mains de précieux savoirs et savoir-faire qui, sans attention de notre part, sont voués à disparaître. Et, à l’heure où le champ des possibles semble s’étendre au-delà des frontières, de s’ouvrir avec humilité à ce que d’autres peuples ont à nous apprendre. Désireuse de promouvoir la richesse du savoir-faire burkinabé, Wend-Kuuni nous offre une bribe d’histoire, un nouveau regard sur ce pays qu’elle chérit via les soins et textiles estampillés Maison Dassam : ❝ Produisons ce dont nous avons besoin, consommons ce que nous produisons. ❞ Si ces quelques mots n’ont jamais semblé aussi actuels, ils ont pourtant été prononcés par Thomas Sankara dans les années …

savons-la-manufacture-du-siècle

La Manufacture du Siècle, précieux savons

Il fut un temps où la toilette n’avait de toilette que le nom. Où fard et parfum étaient de mise, non pour rehausser la beauté, mais pour masquer les odeurs corporelles. Ce n’est que sous le règne de Marie-Antoinette que la toilette fut enfin reconnue pour ses vertus ! Eprise de beauté naturelle, la jeune reine sut utiliser à bon escient les actifs naturels que lui offraient les végétaux du Potager du Roi pour prendre soin d’elle. Autre époque, autres raisons, même désir : mettre à l’honneur des matières nobles et authentiques, issues de notre patrimoine local, pour prendre soin de nous. Plus que de simples savons, les savons « La Manufacture du Siècle » sont conçus comme de véritables soins de beauté, le tout présenté dans des boites rappelant l’élégance de la Belle Epoque :

Cosmétiques historiques Mademoiselle Saint Germain

Mademoiselle Saint Germain, les cosmétiques historiques invitant à un retour à l’essentiel

Versailles, 1775. L’effervescence autour du roi. Les murmures des courtisanes dans les couloirs, leurs rires étouffés. Peut-être même s’échangent-elles entre deux portes les secrets de beauté puisés dans les richesses du Potager du Roi, créé un siècle plus tôt par Jean-Baptiste de la Quintinie. Plus de deux cents ans après, si le potager a su être préservé, la Cour n’est plus, tout comme ses cosmétiques, oubliés avec elle. Jusqu’à ce que deux pharmaciens, férue de cosmétique pour l’une, passionné d’Histoire pour le second, revisitent les siècles précédents à la recherche de ces secrets de beauté. C’est de ces secrets de beauté, associés aux connaissances en pharmacopée d’Agathe et Charles, que naît Mademoiselle Saint Germain, un nom promesse de cosmétiques historiques hauts de gamme, mettant à l’honneur le végétal de nos terroirs français… Et du Potager du Roi !