GRAINE DE SAISON, S'INSPIRER

Maison Dassam, hommage à la richesse du savoir-faire burkinabé

Maison Dassam, cosmétiques issus du savoir-faire burkinabé

Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines ❞  (Marcus Garvey). Ancrées dans les mémoires, collectives et individuelles, nos racines nous sont essentielles pour être. Les connaître, c’est non seulement pouvoir espérer ne pas reproduire les erreurs passées mais aussi se voir offrir la chance de perpétuer des traditions transmises de générations en générations avant nous. De tenir entre nos mains de précieux savoirs et savoir-faire qui, sans attention de notre part, sont voués à disparaître. Et, à l’heure où le champ des possibles semble s’étendre au-delà des frontières, de s’ouvrir avec humilité à ce que d’autres peuples ont à nous apprendre. Désireuse de promouvoir la richesse du savoir-faire burkinabé, Wend-Kuuni nous offre une bribe d’histoire, un nouveau regard sur ce pays qu’elle chérit via les soins et textiles estampillés Maison Dassam :

❝ Produisons ce dont nous avons besoin, consommons ce que nous produisons. ❞

Si ces quelques mots n’ont jamais semblé aussi actuels, ils ont pourtant été prononcés par Thomas Sankara dans les années 80, alors qu’il était au pouvoir. Animé par le désir de valoriser le patrimoine de son pays, c’est lui qui a redonné ses lettres de noblesse au faso dan fani (pagne traditionnel burkinabé), valorisant ce faisant le travail des femmes. Humble et résolument intègre, celui que l’on surnomme le Che Guevara africain s’est fait connaître par ses idées alors révolutionnaires, à commencer par sa volonté assumée de contribuer à l’émancipation des femmes.


Marchant dans ses pas, Wend-Kuuni nous offre un regard profondément bienveillant sur celles qui donnent vie à ses créations, sur les richesses des terres qui ont vu naître sa lignée. Ses soins proposent une composition 100% naturelle, les matières premières utilisées étant quant à elles issues de l’agriculture biologique. Une sensibilité écologique qui pour elle ne peut qu’aller de pair avec une considération pour l’humain.

Baume et huile Maison Dassam, issus du savoir-faire burkinabé

Maison Dassam est en effet née de son désir de renouer avec ses racines en promouvant l’héritage culturel exceptionnel reçu de ses parents, burkinabés tous les deux. Ce faisant, elle nous invite à 

❝ Porter un regard nouveau sur l’Afrique ❞

A nous ouvrir à l’Afrique qui crée, riche de savoir-faire, parfait mariage de la tradition et de la modernité. A savourer humblement, avec simplicité, ce qu’elle a de meilleur à nous offrir, qui en s’accordant un rituel beauté inspiré d’ailleurs, qui en s’enveloppant dans une étoffe chatoyante…

Et à prendre le temps, comme l’ont fait avant nous les femmes qui ont cultivé, produit, tissé les soins et textiles qu’elle nous propose. Car s’il est bien une idée qui semble définir à merveille Maison Dassam, c’est celle de produits « hand made, slow made, well made ».

Chacun des soins et textiles qu’elle nous propose est issu de la richesse du savoir-faire burkinabé. Fait main, avec patience et adresse, par des associations de femmes burkinabés situées à Ouagadougou. Avec eux,

❝ Maison Dassam nous invite à honorer le travail méticuleux accompli par les femmes pour nous offrir ce que le savoir-faire burkinabé a de plus beau. ❞

La cueillette sauvage par chacune d’elles des fruits du karité pour ensuite confectionner ensemble, patiemment, le beurre tant apprécié. Le précieux noyau, découvert par leurs mains adroites, nettoyé, mouliné, malaxé, transformé jusqu’à devenir un beurre d’un blanc ivoire, deux jours après.

La confection artisanale du faso dan fani, de la fabrication du métier à tisser à la récolte du coton, un travail fastidieux qui ne marque que le début du processus de fabrication de ces somptueux tissus. Le séchage a l’air libre du coton récolté dans les champs. Son battage pour en éliminer les impuretés avant d’en faire un fil. Et enfin, le passage du fil dans le métier à tisser pour qu’enfin se dessine sous des doigts experts l’étoffe tant attendue…

C’est ensuite à Wend-Kuuni qu’il incombera de choisir avec soin le nom de chaque étoffe, inspiré par la culture africaine : Kwila, Kindi ou encore Kodjani, villes du pays qui a vu naître ses aïeux… Mais aussi Yennenga, princesse amazone des temps jadis dont la légende est encore aujourd’hui ancrée dans les mémoires. On dit d’elle qu’elle quitta son royaume pour échapper à sa destinée. Lors de cette fuite éperdue, elle rencontra Rialé, chasseur de sang princier, qui avait lui aussi fui un destin tout tracé. De leur union, naquirent un fils, Ouedraogo, et peuple, les Mossis.

Princesses des temps jadis ou héroïnes du quotidien, toutes perpétuent avec courage le savoir-faire burkinabé et avec lui, l’histoire d’un pays. Et si Wend-Kuuni s’efface humblement pour promouvoir ces femmes avec tendresse, son désir d’ouvrir une fenêtre sur l’Afrique, son Afrique, fait d’elle aussi une femme d’exception. Libre à nous de saisir cette main tendue pour prolonger l’histoire en nous offrant un véritable rituel beauté cocooning…

Rituel beauté Maison Dassam, perpétuer l’histoire dans notre salle de bains

Désir de minimalisme et sensibilité écologiques obligent, Wend-Kuuni nous a concocté une gamme de soins versatiles et multi-usages, destinés au visage, au corps et aux cheveux, pour nous proposer une routine beauté minimaliste mais complète :

Savon adoucissant Maison Dassam, issu du savoir-faire burkinabé

Le savon adoucissant au moringa pour nettoyer en douceur

« Arbre aux miracles », le moringa est considéré comme l’un des végétaux les plus nutritifs qui existent. On l’utilise aussi bien en médecine ayurvédique que pour contrer la malnutrition… En beauté, il est réputé anti-oxydant (il lutte contre les radicaux libres), de par sa richesse en vitamine E, quand la vitamine A qu’il contient lui confère des qualités revitalisantes.

Le savon adoucissant vient nettoyer en douceur la peau grâce au moringa qui élimine les impuretés liées à la pollution et la revitalise. Le beurre de karité brut et l’huile végétale de coco, quant à eux, nourrissent la peau en profondeur et la protègent tout en lui conférant un doux parfum.❞

L’huile végétale de baobab pour nourrir en profondeur

Majestueux et singulier, le baobab a inspiré beaucoup de légendes africaines. Littéralement « arbre de vie », c’est un lieu de retrouvailles, propice aux confidences, mais aussi une source de nourriture et  d’hydratation… En tant breuvage désaltérant, bien sûr, mais aussi, pour notre peau, comme élixir de beauté :

L’huile végétale de baobab est idéale pour les peaux sèches à très sèches. Elle peut être appliquée en guise de sérum après le nettoyage du visage et avant la crème de jour/de nuit. Dans une routine capillaire, elle peut être utilisée comme bain d’huile : appliquez généreusement sur les longueurs et les pointes, puis laissez poser une bonne demi-heure avant de procéder au shampoing. Vous pouvez aussi en glisser quelques pompes dans votre masque pour en maximiser les effets.❞

Baume et huile Maison Dassam, issus du savoir-faire burkinabé

Le baume multi-usages, allié beauté du quotidien

Si baobab et karité sont réputés pour leurs vertus nourrissantes, le dattier du désert n’a rien à leur envier. L’amande extraite de son fruit donne en effet vie à une huile sèche aux mêmes qualités. Associés à quatre autres ingrédients naturels reconnus pour leurs vertus (hydratantes, adoucissantes…), ils agissent en synergie pour offrir à notre peau et à nos cheveux tout le confort dont ils ont besoin, particulièrement pendant la saison fraîche :

Le baume multi-usages a été pensé pour être un véritable couteau suisse : à la fois nourrissant et cicatrisant, il protège et réconforte les zones sèches telles que les pieds, les mains, les contours des yeux, les lèvres gercées, les pointes de cheveux… Son format nomade en fait un indispensable de nos sacs à mains ! ❞

Note : D’ordinaire, en cosmétique, je privilégie le plus possible les matières brutes et locales, dans un souci d’écologie. Mais en découvrant Maison Dassam, j’ai eu un tel coup de cœur pour l’univers de Wend-Kuuni que je n’ai pas résisté à l’envie de faire une exception à la règle… De Maison Dassam, j’aime la démarche, respectueuse, authentique, sensible. Et surtout, Wend-Kuuni et moi sommes toutes les deux unies par un désir profond, chacune à notre manière, de proposer un autre regard sur le Monde. D’ouvrir une fenêtre sur des savoir-faire parfois oubliés, d’autres fois juste nés ou tout simplement méconnus. De s’incliner humblement devant « l’empreinte de l’effort », celle-là même qui fait l’histoire unique, singulière et précieuse de chaque objet. De regarder au delà de ce qu’on connaît pour, véritablement, (s’) apprendre.

La richesse du savoir-faire burkinabé vous émerveille ? Perpétuons ensemble cette belle histoire sur Pinterest :