Argile, Artisanat, Bijoux, Bois, Cosmétiques, Papeterie, Senteurs, Textiles

Maeva Allio, photographe des mains qui créent

Maeva Allio photographe entrepreneuses créatives

Si pour d’aucuns, prendre sa plume semble la manière la plus adéquate pour s’exprimer, certains photographes talentueux n’ont rien à leur envier : une simple photographie, prise avec la sensibilité de celui ou celle qui se cache derrière l’objectif, permet parfois d’exprimer bien plus que les mots jetés sur le papier. Peut-être parce que le fait de livrer son point de vue ainsi ouvre le champ des possibles, nous invitant à poser nos propres mots sur ce que l’on voit. Maeva Allio, photographe, est de celles-là. Sur son site éponyme, elle nous livre, tout en finesse, le travail d’artisanes et créatrices de talent :

Trop souvent, nous avons tendance à oublier que derrière chacune des créations dont nous nous entourons se cache une personne qui a travaillé de ses mains. Standardisation, consommation de masse, multiplication des achats en ligne… Aujourd’hui, notre façon de consommer a – entre autres – pour effet de distendre les rapports humains. Mavea Allio, elle, se place à contre-courant en mettant en lumière le travail d’artisanes et créatrices, replaçant ainsi l’humain au cœur de la création. Pour elle, « il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous » (Paul Eluard) :

Maeva Allio photographe entrepreneuses créatives

« La première fois que j’ai découvert cette citation et cette idée, j’ai trouvé ça absurde. Qui peut organiser toutes nos rencontres ? Et puis, en y réfléchissant bien, je me suis rendue compte que chaque personne que j’ai pu rencontrer jusqu’à présent, a contribué à sa manière à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui. Je ne crois pas au destin mais en appréhendant la vie de cette façon, tout devient plus positif. Chaque rencontre est une leçon sur l’autre et sur soi-même. Dans mon travail, cette vision prend une place très importante. Elle me permet d’apprécier davantage les belles rencontres et de ne pas regretter les mauvaises. »

« Montre-moi tes mains, je te dirai qui tu es »

Celles et ceux dont le regard d’esthète se satisfait des seules photos aimeront flâner tantôt sur le superbe compte Instagram de Maeva tantôt sur son portfolio. Des photos révélatrices de sa sensibilité propre, encore plus perceptible pour qui prend le temps de parcourir son journal. C’est ici en effet qu’elle nous dévoile les portraits des artisanes et créatrices qui lui ont ouvert les portes de leur atelier. Avec, en guise de premier aperçu, leurs mains façonnées par la matière qu’elles ont choisi de travailler. Une présentation à la symbolique forte, les mains étant au cœur du travail de ces artisanes et créatrices, bien sûr, mais aussi de Maeva en tant que photographe. Une présentation sans faux-semblants, aussi belle que brute et surtout tout en pudeur, à l’image de ce qu’elle souhaite nous transmettre.

Maeva Allio photographe entrepreneuses créatives

Un réel parti pris pour la photographe, désireuse de nous inviter à laisser nos éventuels préjugés de côté… Et à laisser notre imaginaire faire son oeuvre. Libre à nous ensuite, vierges de tout a priori, de saisir ces mains tendues. Qui se délectera de l’univers délicat et raffiné de la marbreuse Tomàs Avinent, qui préfèrera imaginer les effluves des différentes essences de bois travaillées par l’ébéniste Morgane Ricada (dont je vous invite d’ailleurs à découvrir le portrait chinois) ou encore se rêver en designer textile comme Aurélia Wolff…

Chacun de ces articles est en effet conçu comme une « porte ouverte » sur l’atelier concerné. Avec la part belle faite aux photos, mais aussi, comme complémentaires, aux impressions de Maeva sur l’artisane ou créatrice qui lui a ouvert ses portes.

« Lorsque j’ai créé mon premier blog, je cherchais un nom en rapport avec l’artisanat. J’ai tout de suite pensé à la phrase « montre moi tes mains, je te dirai qui tu es » et au court-métrage « La matelassière » d’Alain Cavalier. Les mains sont l’outil le plus important pour un artisan et rien qu’en les regardant, on peut deviner le métier de celui ou celle à qui elles appartiennent. Chaque savoir-faire laisse une trace indélébile : coupures, cicatrices, déformations, peau abîmée, ongles arrachés… Je trouve cette partie du corps très poétique et le toucher est un sens merveilleux. Il n’y qu’à essayer la poterie pour le comprendre. Les mains ne mentent jamais… »

Fous le Camp blog voyage photo

Et si… On foutait le camp avec la photographe ?

Et quand Maeva ne nous dévoile pas de nouveaux portraits… Elle se sert, encore, de son objectif pour nous entraîner avec son compagnon de voyage Warren Lecart (photographe – de talent, cela va sens dire – également) dans leurs virées. Leur blog « Fous le camp », conçu comme un journal de bord, regorge de belles photos (évidemment !) et d’anecdotes qui ne nous donnent pour seule envie que celle de nous glisser dans leurs valises…

« L’idée de Fous le camp nous est venue lors de notre petit séjour à Fécamp et Étretat. Nous étions frustrés d’avoir fait de si belles images sans avoir de vrai support pour les partager. Il nous est finalement paru naturel de créer un compte Instagram et un blog dédié. Ces petits voyages et récits sont notre dose d’oxygène. On veut montrer aux gens qu’il n’est pas nécessaire de faire des milliers de kilomètres pour être dépaysé. Sur un coup de tête, on peut seulement faire une ou deux heures de route et découvrir de magnifiques endroits. La France regorge de lieux insolites, tous plus beaux les uns que les autres ! »

Note 🖤 : De Maeva, je me suis sentie proche instantanément. Proche ? Le mot est faible. Le cœur battant la chamade, les mains moites et tremblotantes, les yeux comme hypnotisés… J’ai ressenti un véritable coup de foudre « artistique » tant nos deux univers semblent s’entremêler. Car ce que je tente, avec maladresse parfois, d’exprimer en couchant mes mots sur le papier, Maeva le fait parfaitement avec son objectif. Avec talent, avec tendresse, elle dresse le portrait de ces femmes qui composent, chacune avec leur singularité, le nouveau visage de l’artisanat. Et je suis ravie que cet article ne soit qu’un premier jet, marquant le début d’une collaboration à quatre mains, avec toujours ce désir commun de promouvoir le savoir-faire des entrepreneuses créatives. Affaire à suivre sur Instagram !

Crédit photo (dans l’ordre d’apparition) : Maeva Allio, Fous le camp

Maeva Allio photographe entrepreneuses créatives

Filed under: Argile, Artisanat, Bijoux, Bois, Cosmétiques, Papeterie, Senteurs, Textiles

by

J’aime: écrire, encore et encore, découvrir, apprendre, m’apprendre, rire de tout (ou presque), rire de rien (surtout), rire de moi (et pourquoi pas?!), marcher, marcher, ne surtout pas me poser, m’enthousiasmer de ces petits riens qui mis bout à bout forment un tout…

2 Comments

  1. Sublime ton billet! J’ai toujours été en admiration devant ceux qui créent de leurs mains. Et je m’attache tellement à la valeur particulière qu’ont les créations façonnées par des artisans passionnés! On a toujours le sentiment de posséder un vrai petit bijou.

    • Merci beaucoup Aurélie pour tes mots doux comme toujours… Comme toi je suis admirative de ceux qui façonnent de leurs mains, fascinée devant la beauté de leurs créations, émerveillée de tenir entre mes mains le fruit d’un tel travail.

Comments are closed.