S'INSPIRER

Lovely Green: « Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur l’impact de l’industrie textile »

industrie textile vs mode éthique

« Qui garde son âme d’enfant ne vieillit jamais » (Abraham Sutzkever) . Mais garder son âme d’enfant, qu’est-ce donc au juste ? Serait-ce laisser notre imaginaire s’évader au gré des motifs, couleurs et textures ? Y percevoir l’indécelable, s’abandonner pour apprécier ? Ou peut-être, tout simplement, (ac)cueillir chaque instant comme une véritable poésie du quotidien… La poésie, berceau de notre enfance, âme des créations estampillées Lovely Green. Mais que l’on ne s’y trompe pas, sous leurs allures insouciantes, les vêtements et accessoires pensés par Stéphanie sont le fruit d’une démarche éco responsable réfléchie dans les moindres détails. Car pour elle, compte tenu de l’impact dévastateur de l’industrie textile, la mode éthique est « une évidence, une attitude et surtout une nécessité » :

Lovely Green se veut une marque éthique. Qu’implique ce terme pour toi ?

L’éthique, pour moi, c’est d’abord et avant tout un engagement d’honnêteté et de transparence.

L’éco responsabilité fait profondément partie de mes valeurs et j’aime l’idée selon laquelle ce que je produis s’inscrit dans un cycle de vie vertueux, à notre image.

Je choisis avec soin chacun des matériaux pour proposer de belles matières, douces à porter, du fait main et du local chaque fois que c’est possible. Je privilégie une production raisonnée, en petite série, profondément respectueuse de l’humain et de notre environnement. Pour autant, les produits Lovely Green sont tendance et dans l’air du temps !

Être éthique passe aussi pour moi par la pratique d’un prix juste, sans marges excessives comme celles qui sont d’usage dans l’industrie textile aujourd’hui, pour rendre ces belles matières accessibles, même s’il est parfois difficile de trouver le bon équilibre pour rester rentable et perdurer.

Paniers artisanaux et éthiques Lovely Green

L’industrie textile, seconde industrie la plus polluante au Monde

Peux-tu nous expliquer les impacts dommageables de l’industrie textile  ?

Un impact humain…

Nous le savons aujourd’hui, l’industrie textile est la seconde industrie la plus polluante au Monde ! Son impact est multiple : social, humain, environnemental…

Particulièrement toxique en raison de la quantité astronomique de produits nocifs et de teintures chimiques qu’elle utilise, elle représente un réel danger pour les ouvriers qui sont exposés quotidiennement à la manipulation et aux risques d’explosions des produits qu’ils utilisent.

D’après l’Unicef, plus de 7 millions d’enfants sont encore aujourd’hui employés par l’industrie textile et des milliers d’ouvriers travaillent dans des conditions insalubres, des heures durant pour des salaires de misère (à hauteur de quelques dizaines d’euros par mois).

Un désastre dont nous avons encore peu conscience, mis tristement en lumière il y a 5 ans lors de l’effondrement du Rana Plaza au Bangladesh qui a causé la mort de 1133 personnes et fait 2500 blessés. En cause, la vétusté de cet immeuble abritant plusieurs ateliers de confection textile.

Etroitement lié aux conséquences environnementales de cette industrie !

La culture du coton, très sujette aux pesticides, est particulièrement gourmande en eau. En Chine et au Bangladesh, c’est 40% de l’eau de surface qui est souillée de produits chimiques et autres perturbateurs endocriniens. Aux abords des usines, les rivières sont teintées de rouge ou de bleu et rendent impropres à la culture les terres agricoles sur des centaines de kilomètres. Infertilité, cancers, stérilité atteignent aujourd’hui des pourcentages affolants dans certaines régions.

Et loin d’être localisés, ces impacts sur la santé s’exportent avec les vêtements eux-mêmes ! Quand ils ne sont pas bio, ils contiennent toutes sortes de produits (teintures chimiques, fixateurs de couleur, patines, embellisseurs, gaz anti-insectes ou anti-humidité)… Produits tous toxiques et cancérigènes que l’on porte des heures entières à même la peau et qui continuent de polluer les eaux au fil des lavages.

Bijoux éthiques Lovely Green

L’industrie bijoutière, plus discrète mais aussi dévastatrice

Qu’en est-il de l’industrie bijoutière, dont nous entendons moins parler ?

Au même titre que l’industrie textile, l’extraction des métaux précieux est terriblement dévastatrice tant du point de vue humain qu’écologique.

Il était donc essentiel pour moi que ma collection de bijoux, loin de participer à ce désastre, offre l’opportunité de montrer qu’il existe des acteurs à encourager et à mettre en avant. Il existe en effet des labels et ONG éthiques qui œuvrent chaque jour pour accompagner de nouveaux mineurs dans de longs processus de certification visant à garantir un métal respectueux des droits des hommes et de l’environnement.

Cette volonté a été d’autant plus difficile à mettre en œuvre que je ne suis pas joaillière de formation : je ne fonds pas le métal. Il me fallait donc pour ma collection des apprêts déjà façonnés à assembler.

Après de longues semaines de recherche, j’ai finalement trouvé mon bonheur avec le label RJC (Responsible Jewellery Council). Cette organisation à but non lucratif fondée en 2005 a pour mission de promouvoir des pratiques éthiques, sociales et environnementales responsables. Ce dans le respect des droits de l’Homme d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement en or ou en argent, de l’extraction à la vente au détail.

Minimiser ces impacts, une nécessité pour les consommateurs et acteurs de ces industries

Quels sont les moyens qui s’offrent à nous, consommateurs comme acteurs de ces industries, pour les minimiser ?

« Vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre »

L’impact de l’industrie textile sur l’humain et l’environnement est tellement dévastateur qu’aujourd’hui nous ne pouvons plus fermer les yeux. Pour que demain soit meilleur, il faut que chacun d’entre nous, à son échelle, change son mode de consommation afin que les principaux acteurs de la mode et de la « fast fashion » se remettent en question.

S’interroger sur ce que nous portons au même titre que nous nous questionnons sur ce que nous mangeons, comment et où sont cultivés nos fruits et légumes, comment sont fabriqués nos cosmétiques, d’où provient le mobilier que l’on achète…

Acheter moins mais mieux, voilà un bien joli mantra à adopter au quotidien en s’offrant des chose belles, utiles et durables. Bien sûr, il est important de se faire plaisir ! Mais en gardant à l’esprit ce souci d’éthique dès que possible pour promouvoir un Monde plus juste et préserver notre Terre. En d’autres termes, il nous incombe en tant que consommateurs de « vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre » (Gandhi).

« Insuffler plus d’éthique dès la genèse du processus de création »

Mais c’est aussi de notre responsabilité à nous, créateurs, d’insuffler plus d’éthique dès la genèse du processus de création ! Cela passe par le sourcing des matériaux, le choix des intervenants et partenaires, le travail de dessin et de conception…

Produire de façon responsable est un choix difficile, fastidieux, souvent décourageant et une démarche dans laquelle il est impossible d’être parfait. Ce n’est pas simple à gérer pour la perfectionniste que je suis… Mais la matière brute est si belle, les échanges avec les artisans si enrichissants qu’il me serait bien difficile de produire autrement aujourd’hui !

Créer, façonner, être au contact de la matière et concevoir des produits de qualité, à la fois design et éco-responsables est un challenge du quotidien qui m’anime et me rend vivante. C’est un défi qui en vaut vraiment la peine et la fierté du produit fini n’en est que bien plus grande !

Panier éthique Lovely Green

Les engagements de Lovely Green en tant que marque de mode éthique :

Plus précisément, quels sont les engagements pris par Lovely Green ?

En quelques mots, en tant que créatrice de Lovely Green, je m’engage à :

  • Proposer des créations éco responsables : sans substances chimiques ou toxiques, respectueuses de l’environnement et du savoir-faire artisanal.

  • Sélectionner les matières premières avec attention et les choisir éthiques, biologiques et/ou éco-friendly, pour des t-shirts et des sweat-shirts d’une incroyable douceur, qui se portent comme une caresse.

  • Opter pour une production raisonnée, en petite série.

Vêtements :

Plus précisément, les tissus de nos vêtements sont labellisés FAIR WEAR, GOTS, GRS (Global Recycled Standard) et OEKO-TEX. Autant de labels encourageant une meilleure pratique sociale au sein de l’industrie textile pour des conditions de travail plus juste et plus humaines. Ces labels certifient l’origine biologique de la fibre et contribuent au respect des exigences quand à la protection de la santé des consommateurs.

Chaque article est imprimé, sérigraphié ou brodé à la main, en France, avec des encres éco-responsables.

Les étiquettes de nos vêtements sont elles aussi en coton biologique et faites en France. Et parce que j’aime aller au bout des choses, les étiquettes papier qui accompagnent les produits sont imprimées sur un papier certifié FSC, produites grâce à de l’énergie éolienne et attachées par un fil de lin naturel.

Paniers :

Pour nos paniers en feuilles de palmiers naturelles et tressés manuellement, j’ai choisi un partenaire ayant mis en place une collaboration éthique et équitable avec des artisans marocains. Ce partenariat contribue à soutenir l’emploi local et assure la survie de ces familles au savoir-faire ancestral traditionnel. Ils sont ensuite brodés à la main en France.

Bijoux :

Nos bijoux sont quant à eux 100% éthiques, en argent certifié RJC (Responsible Jewellery Council) et bois issu de forêts gérées durablement. Ils sont entièrement montés et travaillés à la main en France.

industrie textile vs mode éthique

Tout, tout, on vous dit tout sur la nouvelle collection signée Lovely Green !

Lovely Green a présenté sa nouvelle collection il y a quelques jours. Peux-tu nous en dire plus sur les merveilles que tu nous as concoctées ?

Pour cet été, j’ai choisi d’enrichir la collection existante (constituée de t-shirts et bijoux) de nouvelles pièces :

  • Sweat-shirts sérigraphiés,

  • Paniers éthiques brodés à la main

  • Nouveaux bijoux (colliers, boucles d’oreilles, broches…)

Je propose également désormais la création de pièces uniques (sweat-shirts ou paniers pour enfants ou adultes), brodées à la main et personnalisées à la demande !

Toutes ces nouveautés sont en précommande à tarif préférentiel sur Ulule jusqu’à fin juin. C’est une façon pour moi de grouper les commandes pour une production plus viable d’un point de vue économique. Et surtout, une façon de faire connaître Lovely Green et ses valeurs, de promouvoir une mode plus éthique et je l’espère insuffler plus de sens à nos dressings !

Note ? : J’ai été très touchée que Stéphanie me propose de collaborer ensemble à l’occasion du lancement de la nouvelle collection signée Lovely Green. De cette marque, j’aime l’univers poétique, d’une infinie douceur… Et bien sûr l’éthique irréprochable, Stéphanie ne laissant rien au hasard pour nous proposer des vêtements et accessoires aussi beaux que bienveillants. Le contraste entre la poésie dont sont empreintes ses créations et leur éthique est saisissant (et ô combien appréciable)… J’apprécie par ailleurs le désir profond qu’elle partage avec Laure, créatrice de la marque de slow fashion Alory, de nous inviter à « consommer de manière réfléchie des vêtements faits pour durer ». Il ne tient plus qu’à nous de saisir ces mains tendues !

Crédit photo : Lovely Green

Filed under: S'INSPIRER

by

J’aime: écrire, encore et encore, découvrir, apprendre, m’apprendre, rire de tout (ou presque), rire de rien (surtout), rire de moi (et pourquoi pas?!), marcher, marcher, ne surtout pas me poser, m’enthousiasmer de ces petits riens qui mis bout à bout forment un tout…

2 Comments

  1. Une démarche très complète à saluer (jusqu’aux étiquettes, j’adore ^^) ! D’où le coup de projecteur mérité 🙂 J’ai pour ma part commencé à consommer de façon plus raisonnée voire presque ne plus consommer du tout pour mon dressing depuis quelques années déjà (je ne manquais de rien au fil des accumulations passées, et – heureusement – j’ai hérité de ma grand-mère de bons conseils qui font que j’allais déjà plus volontiers vers les matières durables, la qualité, de sorte que même mes anciens achats fast fashion me suivent encore – ça compense un peu ces mauvais achats de l’époque on dira….), mais c’est surtout en devenant maman que je me suis rendue compte de la complexité de la question, entre le manque de transparence des marques « classiques » qui ont pignon sur rue, les prix parfois peu accessibles du bio ou éthique (surtout pour habiller un bébé qui grandit à vue d’œil), sans parler de l’inquiétude de l’exposer à des perturbateurs endocriniens… Bref, je suis sensibilisée au sujet, en pleine recherche de solutions pour trouver le bon compromis (je jongle entre bio des grandes marques, seconde main et pièces éthiques / bio de petits créateurs – en gros), et je suis donc toujours heureuse de découvrir des marques qui œuvrent dans le bon sens ! 🙂

  2. Joli billet! J’ai commencé à faire le tri dans mes achats textiles, et j’avoue que cette démarche n’est pas toujours évidente, surtout en ce qui concerne les vêtements et sous-vêtements. J’attends un petit chat pour octobre et la question me préoccupe de ce fait d’autant plus; et je me rends compte que ce n’est pas si évident à mettre en place. Je n’ai pas acheté de vêtements depuis plus d’un an, car je m’habiller éthique est une vraie préoccupation, mais je me heurte à la réalité des prix… et ce problème me semble insoluble. Pour l’instant j’ai tout ce qu’il me faut, mais je me demande comment je ferai, avec mes moyens actuels, lorsque mes vêtements seront trop usés pour les porter; et comment habiller de façon éthique mon petit chat avec un budget limité; car autant se le dire, les enfants non seulement grandissent vite, mais se salissent vite également, ce qui demande une certaine garde-robe… Bref, il y a encore bien des barrières à franchir!

Comments are closed.