Argile, conseils minimalisme, Minimalisme, Slow life
Leave a comment

Gaëlle Stratman : Allier le Beau, l’Utile et le Durable au quotidien

Objets du quotidien : céramiques Gaëlle Stratman

Dans une société où la part belle est faite au tout jetable, on tend à oublier que des alternatives durables existent… Des alternatives qui, si l’on revient ne serait-ce que quelques dizaines d’années en arrière, n’en étaient pas : on n’avait d’autre choix que d’utiliser des produits conçus pour durer. Certes, nos aïeules ont apprécié l’avènement du jetable, synonyme à leurs yeux de progrès (particulièrement concernant les produits d’hygiène). Mais quels effets dommageables sur le règne végétal et animal, sans même aborder le coût humain du mode de consommation qui est devenu le nôtre… Allier le Beau, l’Utile et le Durable permet pourtant de répondre à de multiples enjeux sans renoncer à la notion de plaisir au quotidien :

Adopter l’utile et le durable pour répondre à des enjeux environnementaux et sanitaires

Enjeux environnementaux et sanitaires : quelques pistes

A l’ère du tout jetable, un certain nombre d’enjeux se posent à nous, à commencer par <:strong>la préservation des ressources (mobilisées en quantité par les produits jetables alors même qu’elles ne sont pas inépuisables). De même, se pose la question de la gestion des déchets générés en quantité astronomique par les produits jetables, qui ne sont pas tous recyclables, et, quand ils le sont, pas nécessairement recyclés.

Deux problématiques majeures qui en induisent une troisième : la préservation du vivant, nous y compris. Notre mode de consommation actuel représente un danger pour la faune et la flore, terrestre ou marine. Si certaines espèces, animales ou végétales, en souffrent plus que d’autres, il n’en reste pas moins que c’est tout un écosystème à l’équilibre précaire qui est fragilisé ! Ce sans même évoquer un point auquel il paraît difficile de rester insensible : notre propre santé, potentiellement compromise par certaines substances ou matières premières contenues dans les produits jetables.

Objets du quotidien : céramiques Gaëlle Stratman

Allier l’utile et le durable en consommant moins mais mieux

Est-ce illusoire de penser que privilégier les alternatives durables sont la solution ? Peut-être. En tout cas, peut-être n’est-ce pas l’unique solution. Toujours est-il que c’est un premier pas puisque cela nous amène ipso facto à consommer moins (et donc à générer moins de déchets…).

Mais pour donner tout son sens à notre démarche, ne faut-il pas aussi consommer mieux en nous livrant à une réflexion plus poussée sur les objets dont nous nous entourons (provenance, premières, procédés et conditions de fabrication…) ? En d’autres termes, « consommer moins mais mieux ». Ne serait-ce pas là le fer de lance du mouvement minimaliste ?

Nous pousser vers des alternatives durables est en effet un point commun que partagent les cheminements minimaliste et écologique. Des cheminements qui sont, à mon sens, perméables, amenant l’un à l’autre quelle que soit notre réflexion initialeEn tendant vers le « consommer moins mais mieux », nous nous tournons nécessairement vers des objets que nous jugeons durables. Et, dans la mesure où nous prenons en considération la notion de besoin, vers des objets qui nous sont utiles, d’une manière ou d’une autre.

Objets du quotidien : céramiques Gaëlle Stratman

Allier le beau, l’utile et le durable pour parfaire notre quotidien

Consommer de manière raisonnée implique certes d’acheter moins en quantité, mais aussi, corrélativement, de miser sur la qualité comme gage de durabilité… Et donc de mettre un prix plus élevé dans les objets du quotidien utiles et durables dont on s’entoure. Or, il est aisé de prendre plus soin d’un objet qui nous a demandé un effort financier !

Tout comme l’on maniera avec plus d’attention un objet que l’on sait unique. Déjà, d’un point de vue pratique, parce qu’il n’est pas substituable : bien que conçue en série, chaque pièce artisanale possède son identité propre, celle-là même qui fait que l’on s’est tourné(e) vers cet objet et pas un autre. Un objet qui porte l’histoire de celui ou celle qui l’a façonné de ses mains, avec toute son attention et sa passion.

Et le Beau ? Le Beau, c’est la cerise sur le gâteau, ce petit truc en plus qui nous procure du plaisir au quotidien. Parce que non, consommer de manière raisonnée ne signifie pas fermer la porte à une vie pleine de saveur(s). Au contraire, jamais je n’ai trouvé mon café du matin aussi savoureux que depuis que je le prends dans une tasse en céramique faite main !

Ne vous méprenez pas, je ne prends les objets que pour ce qu’ils sont : des objets. Des possessions, qui jamais ne seront essentielles comme le sont les moments. Toutefois, choisis avec soin, ils n’ont pas leur pareil pour donner un petit goût d’extraordinaire aux moments les plus ordinaires qui soient… Allier le Beau, l’Utile et le Durable permet à mon sens de concilier les notions de consommation raisonnée et de plaisir, celui-ci étant un moteur.

Et qui de mieux pour aborder ce sujet que Gaëlle Stratman ? Cette céramiste de talent revisite les codes de la consommation ordinaire en nous proposant une version durable d’objets du quotidien ordinairement jetables :

Objets du quotidien : céramiques Gaëlle Stratman

Gaëlle Stratman : « la céramique permet de prendre un réel contre-pied » 

L’art céramique m’évoque des objets durables, qui traversent les temps. Je me plais à penser que peut-être un jour mes arrière-arrière petits-enfants puissent tenir entre leurs mains mes céramiques… Ce n’est pas si fou quand on pense aux tessons de terre cuite retrouvés dans la grotte de Xiarendong en Chine et qui remonteraient à 20 000 avant J.-C. …

Le temps n’a pas beaucoup d’emprise sur ces objets qui viennent de la terre et sont cuits par le feu !

C’est pourquoi l’idée d’allier le Beau, l’Utile et le Durable me parle… D’ailleurs, je ne sais pas ce que je préfère du Beau, de l’Utile ou du Durable ? Une chose est sûre, j’aime le design, qui est une alliance du beau et de l’utile, mais qu’en est-il du durable ?

A l’heure de la surconsommation, de l’usage unique, immédiat et du jetable, la céramique permet de prendre un réel contre-pied. C’est vers cette piste de travail que je me suis tournée, pas directement mais à force de faire des reproductions d’objets en plastique par passion pour le moulage. En pensant à l’usage primaire des objets que je moulais, j’ai eu une réelle envie de leur donner un autre sens grâce à la céramique, pour leur apporter une notion de pureté et de durabilité.

L’objet jetable me fascine par son ergonomie et sa facilité d’utilisation : il a été pensé, étudié et usiné pour nous faciliter le quotidien. Toutes les fioritures ont été retirées pour ne garder qu’un objet pratique et utile. Pourquoi alors s’arrêter là ? Pourquoi ne pas rendre un objet utile également durable ? Et si on peut en plus le rendre joli, le pari est vraiment gagné…

Objets du quotidien : céramiques Gaëlle Stratman

Note 🖤: A l’aube des soldes d’été, il m’était important d’évoquer avec vous cette idée de slow consommation. Je suis à un stade où je dois parfois lutter contre moi-même, mon désir de minimalisme se heurtant à ma passion pour la décoration… Pourtant, en quelques mois, mon regard sur ma propre consommation a beaucoup évolué (bien que je sois encore loin d’être exemplaire en la matière !). C’était aussi l’occasion rêvée pour moi de vous présenter Gaëlle Stratman, dont j’apprécie l’approche, telle un pied de nez à la consommation ordinaire… Il faut reconnaître qu’il est nettement plus agréable (et durable !) de savourer son thé quotidien dans un gobelet en céramique, non ?

Crédit photo : Et si deux mains

* Le gobelet « Et si deux mains » m’a gentiment été été offert par Gaëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *