All posts filed under: S’INSPIRER

❛ S’inspirer : se prendre à rêver devant les parcours d’entrepreneuses créatives redessinant les contours de l’artisanat, proposant des articles éco-conçus…❜

Le chemin de vie de Caroline, Fleurs Sauvages

Fleurs Sauvages : écouter le murmure de son coeur et suivre son chemin de vie

Trop souvent, nous ne l’écoutons pas. Parfois même, à force de nous obstiner, nous finissons par ne plus entendre qu’un filet de voix inaudible. Pourtant, jamais elle ne nous abandonne, notre petite voix intérieure, celle qui n’a d’autre vocation que de nous aider à faire ce qui est juste pour nous. Parfois, souvent peut-être, elle nous suggère de suivre un chemin de vie qui nous paraît inimaginable tant il s’écarte des attentes que notre environnement familial, sociétal, semble nourrir envers nous. Mais n’avez-vous jamais remarqué comme la vie peut sembler s’obstiner à nous mettre des bâtons dans les roues quand nous ne prêtons pas l’oreille à son doux murmure ? Traverser une épreuve n’est jamais évident, pourtant chacune d’elles est riche en enseignements, nous offrant de prêter attention au murmure de notre coeur. Celui-là même qui, de sa douce voix, nous aidera à rectifier nos pas pour revenir sur le chemin de vie qui est le nôtre. Caroline, créatrice de Fleurs Sauvages, a connu dès l’enfance un chemin semé d’embûches, dont elle a su tirer …

Atelier Cléo, relieur doreur

Atelier Cléo revisite le métier de relieur doreur

Tout ne s’apprend pas dans les livres : chaque rencontre, chaque événement qui nous sont donnés de vivre contribuent à  façonner celle ou celui que nous sommes. Un simple mot saisi à la volée, que l’on se murmure avec douceur, dont l’on s’imprègne avec délice… Résonne parfois bien plus profondément en nous que ne l’aurait fait un livre entier. Ce dernier est pourtant depuis la nuit des temps un parfait support pour “rendre tangibles” des idées, une histoire. Celui qui y écrit espère, en matérialisant sa pensée, la voir perpétuée encore et encore. Celui qui le tient entre ses mains, lui, y voit un précieux trésor. La promesse de toucher du bout des doigts le savoir, une main tendue pour ouvrir son imaginaire, l’espoir d’une réponse aux questions qu’il se pose tout bas, sans oser les formuler… Une fois ce trésor inestimable entre ses mains, il le palpe, l’étreint, feuillette peut-être même quelques pages comme pour s’en imprégner avant d’enfin s’abandonner au plaisir de la lecture. Messagers du temps qui passe, les livres portent en …

Maison Dassam, cosmétiques issus du savoir-faire burkinabé

Maison Dassam, hommage à la richesse du savoir-faire burkinabé

Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines ❞  (Marcus Garvey). Ancrées dans les mémoires, collectives et individuelles, nos racines nous sont essentielles pour être. Les connaître, c’est non seulement pouvoir espérer ne pas reproduire les erreurs passées mais aussi se voir offrir la chance de perpétuer des traditions transmises de générations en générations avant nous. De tenir entre nos mains de précieux savoirs et savoir-faire qui, sans attention de notre part, sont voués à disparaître. Et, à l’heure où le champ des possibles semble s’étendre au-delà des frontières, de s’ouvrir avec humilité à ce que d’autres peuples ont à nous apprendre. Désireuse de promouvoir la richesse du savoir-faire burkinabé, Wend-Kuuni nous offre une bribe d’histoire, un nouveau regard sur ce pays qu’elle chérit via les soins et textiles estampillés Maison Dassam : ❝ Produisons ce dont nous avons besoin, consommons ce que nous produisons. ❞ Si ces quelques mots n’ont jamais semblé aussi actuels, ils ont pourtant été prononcés par Thomas Sankara dans les années …

La Minauterie, créer du sens via la papeterie

La Minauterie : « créer du sens » via une papeterie engagée

Aux prémices de notre cheminement (écologique, minimaliste…), il y a une quête de sens. Vouloir porter sur le Monde un regard nouveau pousse en effet à parfaire sa connaissance de soi en déterminant ce qui fait sens pour nous. Avons-nous réellement besoin d’acheter / posséder autant d’objets ? Leur composition, conditions de fabrication… Sont-elles en accord avec nos valeurs profondes ou, au contraire, nous heurtent-elles ? Un questionnement individuel qui peut paraître insignifiant pris isolément. Pourtant, c’est par la force de ces convictions individuelles, rassemblées autour des mêmes valeurs, que peut émerger l’idée de collectif. Et c’est grâce à cette dimension collective que nous pouvons œuvrer Ensemble pour une société plus juste et bienveillante. Rassemblés en tant que consommateurs, bien sûr, mais aussi main dans la main avec les entreprises, qui ne peuvent plus aujourd’hui se défausser. Et c’est mues par cette envie de bouger les lignes que Céline et Marine nous proposent, avec la Minauterie, des articles de papeterie pensés dans les moindres détails pour « créer du sens » : Vous êtes guidées par un désir de « créer …

Elisa Uberti la céramique comme poésie de l'épure

Elisa Uberti, la céramique comme poésie de l’épure

Qu’est-ce qui nous rend unique ? A l’heure où il est possible de puiser l’inspiration à l’autre bout de la Terre, à l’heure où le champ des possibles semble infini, peut-on encore faire la différence en tant que créateur ? Céramistes des temps jadis, sculpteurs, architectes mais aussi chamanes et peuples nomades… Nombreuses sont les inspirations d’Elisa Uberti, digne représentante de la poésie de l’épure. Témoignant de l’ouverture au Monde de cette jeune céramiste, ces diverses influences sont pour certaines très éloignées les unes des autres. N’est-ce pas courir le risque d’une fausse note qui viendrait rompre un fragile équilibre ? Peut-être. Mais pas pour Elisa. Tel un compositeur qui aurait choisi chacune de ses notes avec justesse, elle nous propose un univers où tout n’est qu’harmonie ; où formes, textures et couleurs semblent en symbiose. Et c’est justement en nous livrant une interprétation très personnelle des courants d’Art et de pensée qui l’inspirent qu’Elisa offre un point de vue unique sur la céramique, qui sous ses doigts devient poésie de l’épure :

Boutique d'artisanat Millmakers : valorisation de l'empreinte de l'effort

Artisanat d’Art : MillMakers met en lumière « l’empreinte de l’effort »

 « Un produit, un objet, c’est toujours une histoire. Il porte en lui l’empreinte de l’effort de son créateur ». Ces quelques mots couchés sur le papier résument à merveille l’impact de notre propre consommation, que l’on tende à la raisonner ou que l’on achète sans s’interroger sur ses conséquences (humaines, environnementales…). Dans les deux cas, nos possessions ne sont-elles pas le reflet de l’effort de celui qui les a créées ? C’est un fait, celles acquises à bas prix ont corrélativement un coût dont on n’a pas toujours conscience : recours au travail d’enfants, exposition à des substances toxiques, déforestation… Mais l’empreinte de l’effort, ce sont aussi ces textiles tissés main, savamment, patiemment. Cette vaisselle, elle aussi tournée main et d’une rondeur parfaitement imparfaite ; ces plateaux en bois portant encore la trace du ciseau utilisé pour les façonner, par inadvertance peut-être. Parfois, on les déniche au détour d’une venelle, quand d’autres fois elles nous viennent du bout du Monde. Mais peu importe l’endroit où elles sont conçues, toutes portent cette idée d’un travail « hand made, slow made, well …

L'univers de Mlle Sarah Poësie graphique

Poësie graphique : L’univers de Mlle Sarah réinvente l’art minimal

Art minimal : « se dit d’une tendance de l’art contemporain qui réduit l’œuvre à une extrême simplification géométrique, ainsi qu’à des modalités élémentaires de matière ou de couleur » (Larousse). Né au début des années 60 aux Etats-Unis, ce courant artistique prône le dépouillement dans l’Art, le revendiquant comme dénué de sentiment, en opposition totale avec l’expressionnisme abstrait alors en vogue. Une épure dans l’Art qui atteint sans doute son paroxysme avec le célèbre « carré blanc sur fond blanc » peint par Kasimir Malevitch – l’une des figures phares de ce courant – en 1918. Est-ce à dire alors que le minimalisme, en tant que courant artistique, se montre dénué de « poësie graphique » et totalement hermétique à toute émotion ? A l’époque, peut-être. Pourtant, bien dosées, les formes et couleurs permettent de faire naître subtilement l’émotion tout en respectant les contraintes de style imposées par l’Art minimal. Oui, on peut tout à fait ne rien ressentir devant une œuvre au design épuré, fait de formes simples. Mais on peut aussi porter à cette œuvre un autre regard, en saisissant …

Papeterie poétique - semainier les Manies de Marion

Les Manies de Marion, papeterie poétique inspirée du quotidien

Commencer une nouvelle page a tout d’un rituel presque sacré pour qui aime créer : une fois que l’on y aura glissé un peu de nous, elle ne sera plus jamais la même. Alors on attend, patiemment, parfois pendant longtemps, le bon moment, les bons mots… De temps en temps, on prend notre papeterie en mains, comme pour nous en imprégner avant de nous hasarder à y poser notre plume pour la première fois. On la saisit, pas à pleines mains, non ! Avec une infinie délicatesse, nos doigts caressent le grain du papier comme pour l’apprivoiser tandis que nos yeux se perdent dans les motifs qu’ils aiment tant. On pourrait, peut-être, se contenter d’écrire les mêmes mots sur un support numérique. Mais malgré ses qualités indéniables, jamais celui-ci ne pourra égaler le plaisir des sens qu’offre le papier, particulièrement quand il beau, utile et durable (comme chacun des objet du quotidien dont nous nous entourons). C’est le souhait de Marion qui nous propose sous le nom de « Les Manies de Marion » une papeterie poétique, bercée par …

Aquarelle signée Rose Bonaventure, artiste de talent

Rose Bonaventure : « On ne naît pas avec le talent, il se suscite »

C’est un fait, nous ne naissons pas tous avec les mêmes cartes entre les mains. Quand certains ne connaîtront jamais le manque, d’autres doivent s’armer de patience et de courage pour façonner leur vie telle qu’ils la souhaitent. Stéphanie est de celles-ci. Si à l’aube de ses vingt ans la vie semblait s’obstiner à contrecarrer ses projets, elle a depuis réussi à trouver un juste équilibre entre travail conventionnel et vie d’artiste avec un grand A : calligraphie, céramique, dessin, papier… Avec talent, Stéphanie semble jouer avec les matières pour nous proposer sous le nom de Rose Bonaventure de délicates créations chargées d’âme et d’histoire, son histoire :

Infusions Born to be wild, paysanne-cueilleuse

Born to Be Wild : Uyen réinvente le métier de paysanne-cueilleuse

A 18 ans, on est jeune, souvent trop jeune pour être sûr(e) de l’impulsion que l’on souhaite donner à notre vie. Beaucoup d’entre n’ont eu l’occasion de toucher le libre arbitre que du bout des doigts et sont tentés de planifier leur avenir de manière à ce qu’il colle parfaitement à l’imaginaire collectif (longues études, perspectives d’un métier reconnu…). Pourtant, aucun chemin n’est tout tracé ! Une meilleure connaissance de soi, un désir d’épanouissement dans sa vie personnelle sont autant de raisons qui poussent à reconsidérer ces choix professionnels. Uyen en est l’exemple parfait : désireuse de porter avec son époux viticulteur un projet de vie à deux, elle a quitté son poste de juriste pour devenir paysanne-cueilleuse en plantes aromatiques et médicinales. Un bien joli nom pour celle qui souhaite nous redonner « le plaisir simple du goût de la nature » avec Born to be wild :