All posts filed under: LES INSPIRANTES

❛ Les inspirantes : portraits de celles qui façonnent leur vie de leurs mains. Des femmes qui réinventent l’objet, redessinent les contours de l’artisanat…❜

Aquarelle signée Rose Bonaventure, artiste de talent

Rose Bonaventure : « On ne naît pas avec le talent, il se suscite »

C’est un fait, nous ne naissons pas tous avec les mêmes cartes entre les mains. Quand certains ne connaîtront jamais le manque, d’autres doivent s’armer de patience et de courage pour façonner leur vie telle qu’ils la souhaitent. Stéphanie est de celles-ci. Si à l’aube de ses vingt ans la vie semblait s’obstiner à contrecarrer ses projets, elle a depuis réussi à trouver un juste équilibre entre travail conventionnel et vie d’artiste avec un grand A : calligraphie, céramique, dessin, papier… Avec talent, Stéphanie semble jouer avec les matières pour nous proposer sous le nom de Rose Bonaventure de délicates créations chargées d’âme et d’histoire, son histoire :

Infusions Born to be wild, paysanne-cueilleuse

Born to Be Wild : Uyen réinvente le métier de paysanne-cueilleuse

A 18 ans, on est jeune, souvent trop jeune pour être sûr(e) de l’impulsion que l’on souhaite donner à notre vie. Beaucoup d’entre n’ont eu l’occasion de toucher le libre arbitre que du bout des doigts et sont tentés de planifier leur avenir de manière à ce qu’il colle parfaitement à l’imaginaire collectif (longues études, perspectives d’un métier reconnu…). Pourtant, aucun chemin n’est tout tracé ! Une meilleure connaissance de soi, un désir d’épanouissement dans sa vie personnelle sont autant de raisons qui poussent à reconsidérer ces choix professionnels. Uyen en est l’exemple parfait : désireuse de porter avec son époux viticulteur un projet de vie à deux, elle a quitté son poste de juriste pour devenir paysanne-cueilleuse en plantes aromatiques et médicinales. Un bien joli nom pour celle qui souhaite nous redonner « le plaisir simple du goût de la nature » avec Born to be wild :

pochette Kahobas sérigraphie textile

Kahobas, sérigraphie textile inspirée d’ailleurs

Désir d’évasion, soif de découvertes ou envie de se rendre utile… Quelles que soient les raisons qui nous poussent à partir, on en revient toujours grandi(e), d’une manière ou d’une autre. Souvent, de retour sur nos terres d’origine, ces voyages ne deviennent plus que des souvenirs à chérir. De ceux que l’on garde précieusement en nous et qui mettent du baume au cœur quand le quotidien se fait trop terne. Mais parfois, ce qui devait n’être qu’une simple escapade nous impacte si profondément qu’on se surprend à vouloir retenir ces souvenirs de la main pour que jamais ils ne s’estompent… C’est ainsi que naissent de fabuleuses marques mêlant savoir-faire d’ici et inspirations d’ailleurs, comme l’atelier de sérigraphie textile Kahobas :

Atelier l’Oiseau Lÿre : poésies de papier inspirées par la nature

Si l’on conçoit volontiers le papier comme le support privilégié pour s’exprimer (par l’écriture, le dessin…) il semble difficile d’imaginer que ce matériau si délicat puisse être destiné à d’autres fins. Pourtant, sous les doigts de fée de Laÿla, le papier semble prendre vie, se faisant tantôt boucles d’oreilles élégantes, tantôt graciles mobiles… Avec l’Oiseau Lÿre, Laÿla signe une collection empreinte de poésie, d’une grâce et d’une délicatesse à couper le souffle. Une collection qui se veut, aussi, une ode à la nature chère à son cœur, puisque Laÿla a quitté les prestigieux boulevards parisiens pour installer son atelier au cœur d’un parc régional :

savons-la-manufacture-du-siècle

La Manufacture du Siècle, précieux savons

Il fut un temps où la toilette n’avait de toilette que le nom. Où fard et parfum étaient de mise, non pour rehausser la beauté, mais pour masquer les odeurs corporelles. Ce n’est que sous le règne de Marie-Antoinette que la toilette fut enfin reconnue pour ses vertus ! Eprise de beauté naturelle, la jeune reine sut utiliser à bon escient les actifs naturels que lui offraient les végétaux du Potager du Roi pour prendre soin d’elle. Autre époque, autres raisons, même désir : mettre à l’honneur des matières nobles et authentiques, issues de notre patrimoine local, pour prendre soin de nous. Plus que de simples savons, les savons « La Manufacture du Siècle » sont conçus comme de véritables soins de beauté, le tout présenté dans des boites rappelant l’élégance de la Belle Epoque :

Thé et bougie greenlifestyle Greenma

GreenMa, le « green lifestyle » pour philosophie

S’adonner au rituel quotidien de la toilette. Prolonger ce moment de bien-être en allumant une bougie. S’enivrer de sa senteur délicate, apprécier sa douce lueur et se réchauffer les mains autour d’un thé (ou infusion) de qualité. Se laisser aller, le temps d’un instant, à la douceur de vivre… C’est ce que nous propose la jeune marque GreenMa grâce à une gamme « green lifestyle » conçue avec le plus grand soin, des thés et infusions aux bougies végétales en passant par les savons saponifiés à froid. Le tout, dans le respect des trois piliers qui font sa raison d’être : écologie, qualité et design.

Cosmétiques historiques Mademoiselle Saint Germain

Mademoiselle Saint Germain, les cosmétiques historiques invitant à un retour à l’essentiel

Versailles, 1775. L’effervescence autour du roi. Les murmures des courtisanes dans les couloirs, leurs rires étouffés. Peut-être même s’échangent-elles entre deux portes les secrets de beauté puisés dans les richesses du Potager du Roi, créé un siècle plus tôt par Jean-Baptiste de la Quintinie. Plus de deux cents ans après, si le potager a su être préservé, la Cour n’est plus, tout comme ses cosmétiques, oubliés avec elle. Jusqu’à ce que deux pharmaciens, férue de cosmétique pour l’une, passionné d’Histoire pour le second, revisitent les siècles précédents à la recherche de ces secrets de beauté. C’est de ces secrets de beauté, associés aux connaissances en pharmacopée d’Agathe et Charles, que naît Mademoiselle Saint Germain, un nom promesse de cosmétiques historiques hauts de gamme, mettant à l’honneur le végétal de nos terroirs français… Et du Potager du Roi !

Doudou Mon petit drap et tapis HK Living

Mon petit drap : Marina cultive son âme d’enfant pour créer

Garder son âme d’enfant, c’est conserver cette faculté innée de s’émerveiller de ce qui nous entoure et de faire de chaque nouvelle découverte un prétexte à (s’) écrire de nouvelles histoires, de celles qui nous procurent un doux frisson tant elles résonnent en nous. Nos vies denses nous poussent pourtant, au gré des évènements qui la rythment, à faire taire notre enfant intérieur, jusqu’à finir par l’oublier… Marina, créatrice de Mon petit drap, a su, elle, préserver et cultiver son âme d’enfant que tant d’entre nous perdent. D’ailleurs, c’est grâce à elle que ses douces créations mêlant à la perfection savoir-faire d’ici et d’ailleurs voient le jour sous ses mains : Petite, j’étais très rêveuse et déjà créative : j’ai toujours façonné des objets de mes mains. Dès l’adolescence, j’ai commencé à créer pour les enfants, essentiellement des doudous surtout. J’écrivais de doux contes pour eux dans mes petits carnets. Depuis que je n’étais tout à fait moi-même une enfant, je rêvais de faire scintiller de milliers d’étoiles les yeux des plus jeunes, en leur …