Textiles

Slow fashion : Alory, “donner une chance aux belles matières vouées au rebut”

Robe Alory slow fashion

Si l’on évoque beaucoup – à juste titre – le gaspillage alimentaire, il est d’autres formes de gaspillage, plus insidieuses, qui font moins parler d’elles. Peut-être n’en a-t-on pas conscience, tout simplement. Peut-être, sans doute, est-il plus confortable pour nous de fermer les yeux ou de se contenter de les évoquer du bout des lèvres… Pourtant, il y a un réel travail à effectuer, main dans la main, créateurs et consommateurs, pour lutter contre le gaspillage textile (la slow fashion étant un premier pas) ! Un comble quand on connaît, même de loin, le coût environnemental et humain de cette industrie… A l’encontre des standards de la fast fashion et de ses travers, Laure, créatrice de la marque lyonnaise Alory, confectionne ses vêtements et accessoires à partir de chutes de tissu destinées au rebut :

La slow fashion, c’est “consommer de manière réfléchie
des vêtements faits pour durer”

Comment définirais-tu la slow fashion ?

La mode éthique est une nouvelle manière de penser la mode, consistant à consommer de manière réfléchie des vêtements faits pour durer.

A l’inverse de la ‘fast fashion’ qui nous incite à acheter toujours plus et à renouveler notre garde-robe à chaque saison, la ‘slow fashion’ nous amène à nous questionner sur notre manière de nous habiller. Est ce que nous avons vraiment besoin d’un dressing rempli à ras-bord ? Est ce que l’accumulation de vêtements nous rend heureux ? Notre consommation de masse de mode n’a-t-elle pas  des conséquences sur l’environnement ? C’est à ces question là que la slow fashion répond en proposant des alternatives durables.

La mode éthique regroupe plusieurs domaines : les vêtements de seconde main, la fabrication locale, la fabrication éthique (où les travailleurs sont payés décemment), les matières naturelles, les matières recyclées, l’upcycling… C’est avec cette dernière approche qu’Alory répond aux enjeux actuels de l’industrie de la mode.

Alory slow fashion

Penses-tu qu’elle est envisageable à grande échelle sans perdre de son sens ?

La mode éthique promeut le fait de revenir à des valeurs plus simples, être plus plus proche des travailleurs et plus en accord avec la nature, travailler avec des matières nobles qui prennent plus de temps à cultiver … Ce retour à la lenteur peut-il être en accord avec une consommation mondiale ? C’est une question très intéressante à laquelle je réfléchis souvent…

Oui, il me semble que la mode éthique est envisageable à grande échelle tout en gardant ses valeurs et son sens. Oui, un vêtement produit à grande échelle peut être éthique. D’ailleurs, certaines marques de mode éthique nous prouvent que c’est possible !

L’important, c’est que la mode éthique se détache de la consommation de masse !

L’essence d’Alory ? “Donner une chance aux belles matières […] vouées à être jetées”

Pourquoi confectionner les vêtements et accessoires Alory à partir de chutes de tissus de grands couturiers et enseignes de prêt-à-porter ?

Pour limiter le gaspillage textile avant tout ! Je ne trouve pas normal de jeter du tissu qui est neuf, de bonne qualité et qui n’a aucun défaut. Imaginez ce coton récolté, transformé en fil, tissé, teint, imprimé … Et qui, au final, n’a pas la chance de finir sur un podium ou dans un magasin, il est considéré comme un déchet. J’ai envie de donner une chance à ces belles matières !

J’ai découvert de réels trésors voués à être jetés : des chutes de tissus imprimés, des cotons de fins de séries, des anciennes collections… Ma plus belle découverte à ce jour ? Des panneaux de tissus brodés avec des perles et des sequins, un véritable petit bijou qu’il me tarde de révéler à sa juste valeur…

Laure créatrice d'Alory slow fashion

Quels sont les moyens à ta portée pour minimiser, à tous les échelons, l’impact environnemental des pièces que tu crées ?

Tout d’abord, j’apporte beaucoup d’importance à la fabrication de proximité. Je récupère les tissus dans toute la région lyonnaise (parfois même en plein coeur de Lyon!) et je les ramène chez moi à vélo. Dans le même esprit, il m’importe que la fabrication soit faite à Lyon. Cela me permet de minimiser au maximum les transports et les émissions de CO2 qui sont liés.

Par ailleurs, je souhaite créer des pièces durables. J’apporte donc un soin particulier aux finitions et aux détails pour que la pièce dure le plus longtemps possible. Et, une fois celles-ci entre les mains de mes client(e)s, je les conseille au mieux sur l’entretien de leur vêtement, un bon entretien permettant de garder le vêtement le plus longtemps possible.

Enfin, j’emballe les produits dans des packagings qui sont eux-même revalorisés.

Juste prix & savoir-faire, essentiels pour des vêtements durables

Quel est pour toi le « juste prix » d’un vêtement ?

Le juste prix serait une rémunération décente pour toutes les parties prenantes. En d’autres termes, que chacun soit payé suffisamment pour vivre décemment : subvenir à ses besoins, avoir accès aux congés payés et aux arrêts maladies. Que ce soit la personne qui récolte la fibre, celle qui la transforme, celle qui teint la matière, la tisse, la coupe, la coud, l’emballe, la transporte, la vend… et la porte !

Penses-tu que le savoir-faire français en matière de mode existe toujours ? Quel est-il ?

Oui, bien sûr qu’il existe toujours ! Certaines activités comme la broderie, la dentelle, la lingerie sont très particulières et demandent un réel savoir-faire. Le savoir-faire français, c’est la technicité de la couture : les détails pensés minutieusement et les belles matières.

 

Alory, des vêtements conçus pour durer toute une vie… Ou plus !

Pour finir, quels types de pièces pouvons-nous trouver chez Alory ?

Alory propose des vêtements du quotidien, faciles à porter : chemise, jupe, robe, pantalon… Notre mot d’ordre : confort et élégance. Les motifs et détails colorés apportent une touche d’originalité à ces tenues, pour faire la différence !

Conçues pour durer, les pièces Alory se veulent intemporelles.

C’est aussi pour cela aussi que je propose du sur-mesure : un vêtement qui vous va parfaitement, avec des couleurs, motifs et finitions que VOUS avez choisis, est un vêtement que vous aimez plus que tout. Pourquoi vous en sépareriez-vous puisque que vous l’avez imaginé ?

Portez-le toute votre vie… Et transmettez-le pour qu’il dure !

Note 🖤 : Quand Laure m’a contactée il y a quelques jours, j’ai immédiatement été séduite par son projet de slow fashion. J’apprécie son dynamisme et sa vision sensée de la mode telle qu’elle devrait être la norme. Et, par dessus tout, j’aime l’idée de revaloriser des matières vouées à être mises au rebut… Alors même qu’elles n’ont jamais été utilisées, un non sens au vue du coût humain et environnemental de leur fabrication ! Oui, en tant que particulier, nous avons notre rôle à jouer concernant notre propre consommation de vêtements.

Tout comme l’industrie de la mode a une responsabilité, dès la conception même des vêtements. Cette responsabilité, Laure l’assume, Laure la revendique. De telles initiatives méritent d’être portées haut et je souhaite de tout coeur que sa campagne de crowdfunding, qui aura lieu du 29 mai au 28 juin, permettra aux pièces signées Alory de se faire la place qu’elles méritent dans notre garde-robe (capsule, évidemment) !

Crédit photo : Mélanie Paris Photographie

Filed under: Textiles

by

J’aime: écrire, encore et encore, découvrir, apprendre, m’apprendre, rire de tout (ou presque), rire de rien (surtout), rire de moi (et pourquoi pas?!), marcher, marcher, ne surtout pas me poser, m’enthousiasmer de ces petits riens qui mis bout à bout forment un tout…