A PROPOS

Image de soi et déculpabilisation

Conteuse de belles histoires de femmes, Marion est l’auteure du slow blogzine Et si deux mains depuis 2017. Sous sa plume ciselée, s’esquissent les portraits de femmes inspirantes, portées par l’idée de créer du sens. Car c’est bien une quête de sens qui l’a poussée à prendre sa plume, bercée par un désir profond de renouer avec l’essentiel. Et quoi de mieux pour (s’) apprendre que d’ « ouvrir son regard à l’autre » ?

❝ L’humilité consiste aussi à reconnaître que n’importe quelle créature de l’Univers est susceptible de nous enseigner ce que nous ignorons ❞ (Rûmî)

Aux origines, Et si deux mains est né du désir de Marion d’honorer les mains qui créent, laissant entrapercevoir en filigrane la personne de la créatrice. Pourtant, elle a vite ressenti une doucereuse sensation d’inachevé. A chaque nouvel échange, elle prenait conscience avec force et émerveillement que l’on ne peut cantonner une créatrice aux seules mains qui créent. Que ce qui suscite l’émotion en chaque création, ce ne sont pas de simples gestes, si exceptionnel soit le savoir-faire mis en œuvre, mais la
femme qui se cache derrière. Cette femme sensible, imparfaite, multiple et unique. La femme « source ».


La femme « source » comme Marie Lee, désireuse de renouer avec l’essentiel en s’imprégnant de la culture coréenne, pays d’où elle puise ses racines, via l’art du bojagi. Agnès, férue de voyages, émerveillée par la richesse de l’artisanat d’ici et d’ailleurs, qui crée la boutique MillMakers, animée par le désir profond de sublimer « l’empreinte de l’effort » des mains qui créent. Uyen, qui a renoncé à sa carrière de juriste pour renouer avec la terre, réinventant de ses mains le métier de paysanne cueilleuse… Ou encore Caroline, bercée par un amour inconditionnel pour la nature dès
l’enfance, devenue aujourd’hui thérapeute énergéticienne.


C’est ainsi que s’entremêlent désormais sur Et si deux mains les portraits de femmes créatrices et de femmes médecine, toutes différentes, mais toutes unies par l’envie de porter haut et fort des valeurs humanistes et écologiques.


Et, derrière ces tendres histoires, c’est un autre portrait qui s’esquisse avec finesse, presque imperceptiblement : celui de Marion, celui d’une jeune femme désireuse d’aller vers toujours plus d’essentiel pour renouer avec elle-même. De cheminer doucement de l’écologie à l’écologie intérieure.