S'INSPIRER

Volume France, savons au lait d’ânesse haut de gamme

Savons au lait d anesse Volume France

De l’Egypte à la Grèce Antique, le lait d’ânesse était déjà réputé pour ses vertus cosmétiques. La rareté de ce lait, exceptionnellement riche en vitamines et acides gras, l’éleva au rang d’élixir de jouvence réservé aux plus grandes dames. On dit de Cléopâtre que, chaque jour, elle se baignait dans ce lait pour préserver la jeunesse de sa peau ! La légende raconte qu’elle devait pour cela être entourée de plus de 100 ânesses dédiées à sa seule beauté… Autre époque, autres moeurs : si ce lait est toujours un remède précieux parmi les précieux, Laetitia, créatrice de Volume France, le veut produit dans le respect du bien-être de ses ânesses. Nés de son désir de se reconnecter avec la nature et d’agir en harmonie avec elle, ses savons au lait d’ânesse sont avant tout le fruit d’une belle histoire entre homme et animal. C’est donc tout naturellement, en créant son asinerie, qu’elle s’est entourée d’ânesses sardes et bourbonnaises (ces dernières étant la race la moins représentée en France). Rencontre avec celle qui s’est donné pour mission de faire connaître et préserver ses petites protégées :

Tu es désireuse de nous proposer des savons au lait d’ânesse alliant design et savoir-faire traditionnels. Quelles en sont les conséquences sur ton mode de production ?

Ce choix m’a amenée à beaucoup de réflexion afin de suivre parfaitement ma ligne de conduite, tout cela sans négliger le moindre détail.

Cela passe d’abord par la manière dont je gère mon élevage : j’ai notamment choisi de faire naître seulement 2 à 3 ânons par an afin de ne pas avoir un effectif trop important, ce qui me permet d’être capable de porter l’attention nécessaire à toutes mes ânesses. Cela passe aussi, pour ne citer qu’eux, par les emballages choisis, fabriqués en France (coffrets sur-mesure provenant du Jura…).

Je mets également un point d’honneur à choisir des matières premières d’exception et à apporter le plus grand soin à la confection de chacun de mes savons  au lait d’ânesse : une fois démoulés, je les retravaille tous un par un !

Il est aussi très important pour moi de travailler, le plus possible, avec des collaborateurs et artisans locaux.

Savons au lait d'ânesse Volume France

« Volume rappelle ma volonté de produire mes savons au lait d’ânesse en petite quantité pour être à même de soigner les moindres détails”

Auparavant, tu travaillais dans l’industrie pharmaceutique. Pourquoi lors de ta reconversion t’être tournée vers le double métier d’éleveuse / savonnière plutôt qu’un autre ?

Je me suis tournée vers ce métier par amour de la nature et des animaux et particulièrement des ânes que je connaissais déjà. J‘avais envie de créer avec eux un produit authentique, qui apporte du bien-être tout en étant simple, sobre et élégant. Quoi de plus naturel alors que des savons au lait d’ânesse pensés et conçus avec grand soin ?

Les compétences acquises alors te sont-elles utiles quand tu endosses ton costume de savonnière ?

C’est le cas en effet, au niveau de la chimie et surtout de la réglementation et des bonnes pratiques de fabrication. On en parle peu, mais le métier de savonnier est soumis à beaucoup d’obligations réglementaires ! Ainsi, nous devons établir un Dossier Information Produit pour chaque savon mis sur le marché. Ce DIP, structuré autour du rapport d’évaluation de la sécurité sanitaire, doit être tenu à disposition de l’autorité compétente.

A cet égard, le fait d’avoir évolué dans le domaine de l’industrie pharmaceutique me rend les choses plus faciles !

Privilégiant « le savoir-faire plutôt que le faire faire », tu élèves par ailleurs seule tes ânesses et leurs ânons. Quelles sont les qualités requises pour travailler à leur contact ?

La polyvalence : l’élevage, ce n’est pas seulement le soin aux ânesses, mais aussi la réalisation de tous les travaux annexes nécessaires à leur bien-être (entretien des pâtures, des clôtures, fenaison…)

La patience et l’observation : je passe beaucoup de temps avec mes ânesses, je les observe… Je pense maintenant bien connaître chacune d’elles.

Il y a aussi des moments difficiles (bobos, veilles nocturnes…).

« Quand on travaille auprès d’animaux, tout ne va pas toujours comme on l’espère et il faut savoir se remettre en question. »

Au quotidien, qu’implique le fait de travailler avec des animaux qui dépendent entièrement de toi ?

M’occuper des ânesses implique des soins quotidiens. La partie élevage représente la majeure partie de mon temps de travail. A cela, il faut ajouter la partie fabrication, communication, commercialisation…

Mes ânesses font partie intégrante de ma vie et occupent beaucoup de place. C’est une nécessité pour leur bien-être et un désir profond de ma part : je leur accorde volontairement beaucoup d’attention. J’essaye en effet de toujours raisonner de manière à faire au mieux pour elles… Et elles me le rendent bien, elles sont très généreuses et très affectueuses.

Parfois je m’assois dans leur pré et je savoure, sans penser à rien d’autre qu’à l’instant présent, auprès de mes petites protégées. Ces moments sont si reposants et ressourçants que je n’éprouve (presque) pas besoin de partir en vacances !

Cela fait maintenant cinq ans que l’idée de Volume est née en toi. Si tu devais tirer un premier bilan de cette aventure, quel serait-il ?

Quelle richesse que cette aventure faite de belles rencontres et de moments partagés ! Je prends beaucoup de plaisir dans mon travail et dans tout ce qui a été accompli depuis le début du projet, autour des ânesses et des savons. Et, même si cela représente un travail colossal, je ne regrette rien :

Savons au lait d'ânesse Volume France

« Je mesure la chance que j’ai de travailler dehors, au contact de la nature et des ânes que je chéris tant… »

Mon projet est en constante évolution, j’ai encore beaucoup d’idées à mettre en place pour la suite !

Note ? : Comme souhaité par Laetitia en créant Volume, l’élégance est au rendez-vous. L’élégance dans le design des savons au lait d’ânesse en eux-mêmes (et de leur packaging), puisque c’est la première chose que l’on voit. Et surtout, l’élégance dans le geste : la démarche de Laetitia se veut profondément respectueuse. En tant que savonnière, comme Brune (La Manufacture du siècle) ou Cécile (GreenMa), elle accorde une attention particulière aux moindres détails. Cela va du choix des matières premières au procédé de fabrication (la saponification à froid) pour nous offrir de véritables soins. Et en tant qu’éleveuse, que dire… En lisant ses mots, on ressent son regard attentif et bienveillant et tout l’amour qu’elle porte à ses ânesses. Ce désir de placer leur bien-être au cœur de ses préoccupations, d’œuvrer avec elles et non contre elles. Désormais, le « Volume », loin de n’être qu’une quantité, est pour moi synonyme d’élégance, de bienveillance et de respect. Et j’espère qu’un jour le hasard mènera mes pas jusqu’à Laetitia et ses petites protégées pour voir de mes yeux cette relation extraordinaire que je devine.

Crédit photo : Et si deux mains

* Le savon aux feuilles de figuier m’a gentiment été offert par Laetitia, créatrice de Volume France