S'EMERVEILLER
comments 3

Vivre une nuit au sommet dans la Canopée

La Canopée, hébergement insolite en Bretagne

Parlez-vous la langue des arbres ? Moi non. Jusqu’à ces derniers jours, je n’avais aucune idée de ce qu’était la canopée, qui ne m’évoquait que la cabane où nous espérions passer un moment d’exception. Mais si ce nom n’est guère évocateur pour les profanes comme nous, il ne doit pourtant rien au hasard ! Son exposition est parfaite pour apprécier un lever de soleil d’une beauté sans pareil : sa terrasse exposée Est offre en effet une vue imprenable sur la vallée de Pratmeur, qu’elle surplombe de plus de 20 mètres. Ce qui nous amène à ses origines : initialement utilisée pour les seuls lieux tropicaux humides, la canopée désigne les arbres les plus hauts de la forêt. Bénéficiant des rayons du soleil et d’un contact direct avec l’atmosphère, ces arbres sont – entre autres qualités – réputés pour constituer un habitat de choix pour de nombreuses espèces. Et, le temps d’une nuit, la Canopée fut l’endroit parfait pour nous :

La Canopée, hébergement insolite en Bretagne

La Canopée, hébergement insolite en Bretagne

La Canopée, hébergement insolite en Bretagne

La Canopée, hébergement insolite en Bretagne

❝ 19h00 : Apprivoiser la Canopée ❞

Pendant des semaines, nous nous étions répété inlassablement ce nom sans même en connaître la signification. La Canopée, promesse d’un de ces précieux moments où nous sentirions seuls au Monde. Avec, pour seuls compagnons, les arbres à foison.

Et enfin, après des journées à rêver, nous touchions du bout des doigts cet instant tant attendu… Une fois devant celle qui nous accueillerait pour la nuit, frémir d’impatience mais, avec pudeur, se retenir de gravir quatre à quatre ses (quelques) marches.

Hésiter entre l’envie d’apprécier la terrasse offrant une vue à couper le souffle sur la vallée et celle de s’imprégner de son intérieur cosy à souhait. Et finalement, virevolter de l’une à l’autre tels des enfants impétueux, encore et encore. Après tout, la perspective d’une nuit en pleine nature n’est-elle pas déjà en elle-même une invitation à prendre le temps ?

L’euphorie retombée, s’approprier les lieux en découvrant la jolie surprise tout juste reçue de l’inspirante Rose Bonaventure. Dénouer le torchon protégeant le pain confectionné à l’aube de notre escapade pour le partager ensemble, tendrement. Parler, parler encore et rire, un peu trop fort peut-être, mais qu’importe, puisque seuls les murmures de la forêt font écho à nos voix. Laisser le sommeil nous cueillir, trop tôt, mais qu’importe, puisque demain nous serons toujours là.

La Canopée, hébergement insolite en Bretagne

❝ 03h00 : Entendre l’appel de la voûte céleste ❞

Il est de ces nuits où le sommeil semble se jouer de nous. Des rêves agités ? Un bruit inhabituel ? Peut-être. Ou peut-être pas. Et peu importe : si ce réveil impromptu, au cœur de la nature, n’était qu’un prétexte à s’en imprégner ?

C’est ainsi que j’ai reçue cette insomnie – à tort ou à raison -. Immense et majestueuse, enveloppante tel un manteau de velours sombre, la voûte céleste ne pouvait qu’appeler à l’émerveillement. A laisser son regard errer d’une étoile à une autre, se perdre dans les tréfonds de la vaporeuse voie lactée. A accepter avec humilité d’être l’infiniment petit au sein de l’infiniment grand.

Dans la fraîcheur de la nuit, au plus près des étoiles, retenir son souffle de crainte de rompre le charme, de briser un fragile équilibre. Écouter le bruit du silence, ce silence paisible qu’on ne connaît pas en ville. Tendre l’oreille dans l’espoir de saisir le moindre frémissement de feuille, le moindre craquement de branche témoignant de la vie nocturne autour de soi. Peu à peu, lâcher prise pour se laisser bercer par le ruissellement de l’eau en contrebas. S’abandonner, conscient(e) de la chance qui nous est offerte de savourer cet instant hors du temps.

Jamais les étoiles n’auront semblé scintiller autant que lors de cette nuit sans sommeil, j’en étais sûre. C’est donc les yeux embués et le cœur léger que j’ai renoué avec la chaleur de la Canopée, sans savoir que demain celles qui avaient ravi mon cœur ne s’effaceraient que pour laisser la place à un lever de soleil tout aussi enchanteur.

Lever de soleil avec vue sur la vallée de PratmeurLever de soleil avec vue sur la vallée de Pratmeur
❝ 12h00 : Se laisser toucher par l’Arbre ❞

N’avez-vous jamais ressenti la sérénité et le bien-être que procure une simple balade en forêt ? Peut-être même vous êtes-vous déjà laissé(e) aller à enlacer un arbre ? Oui, cette idée peut sembler absurde pour nous occidentaux. D’ailleurs, jusqu’à présent, elle ne m’était jamais venue à l’esprit malgré un désir de plus en plus prononcé de renouer avec la nature.

Pourtant, au pays du Soleil Levant, le « bain de forêt » (Shinrin-Yoku) est une thérapie millénaireaujourd’hui élevée au rang de médecine douce préventive. Elle nous invite à nous imprégner de l’atmosphère de la forêt pour nous recentrer sur nous-mêmes, à lâcher prise et nous laisser guider par nos sens. A ralentir, contempler, toucher, sentir… Ressentir, au plus profond de nous.

Et c’est ainsi que pour la première fois, l’Arbre m’a touchée. Oh, point d’ivresse ni de fougue dans ce corps à corps ! Et, plus qu’une véritable étreinte, une rencontre furtive, une caresse timide. Mes doigts hésitants s’approchant de la mousse chauffée sous l’effet du soleil comme pour l’apprivoiser avant de venir s’y apposer et, humblement, cueillir l’instant. Un instant fugace seulement, car déjà l’heure était venue d’embrasser une dernière fois du regard cet écrin de verdure.

Le cœur serré, nos yeux se sont croisés, avec en eux la promesse de ne quitter la forêt que pour mieux la retrouver.

Balade en forêt Vallée de Pratmeur

Balade en forêt Vallée de Pratmeur

Balade en forêt Vallée de Pratmeur

Crédit photo : Et si deux mains

Cette escapade vous plaît ? Partagez-la sur Pinterest !

Escapade à la Canopée, hébergement insolite vallée du Blavet

3 Comments

  1. Ça m’a rappelé beaucoup de souvenirs, c’est si bien raconté, pour ne pas dire conté 🙂 C’est à la fois personnel et en même temps j’ai cru m’y retrouver tant les sensations évoquées faisaient écho aux miennes… Celles d’une nuit passée dans un « cocoon » suspendu au beau milieu de la montagne corse, ou encore, celles d’une étreinte avec un majestueux eucalyptus dans une forêt plus proche de chez moi, à un moment où j’avais bien besoin de sa force !! Savoir apprécier et communier avec la nature c’est si précieux, et tout le bien que ça fait transparaît dans ton billet 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *