S'INSPIRER

La Brocheuse, Carnets éco design invitant à renouer avec l’authenticité

Carnets éco design La Brocheuse

Le papier. Que ce soit pour organiser nos pensées, préserver la mémoire de précieux instants de vie ou tout simplement dessiner, le papier – et avec lui les carnets – aura toujours une raison d’exister. Une utilité à conjuguer, toutefois, avec des considérations écologiques, nous amenant elles à en consommer de moins en moins. En découle la nécessité de choisir soigneusement les carnets qui accompagneront notre quotidien : privilégier l’élégance, oui, mais sans pour autant sacrifier les valeurs qui nous sont chères ! C’est ce que nous propose Joëlle, créatrice de La Brocheuse, carneterie à la démarche engagée :

Vous êtes designer de métier. Pourquoi avoir choisi de travailler le papier ?

Le papier est un matériau que l’on peut recycler, transformer, agrémenter, qui permet beaucoup de créativité. Outre des articles de papeterie, on peut en faire du mobilier, des luminaires, des structures… C’est sa transversalité qui m’intéresse avant tout.

Etant une personne très curieuse, j’adore explorer différents territoires dans le domaine artistique, très vaste. Ainsi je m’essaye à différents médiums, et pourquoi pas aux objets en papier, dont notamment les carnets.

Carnets La Brocheuse et pochon en lin

A l’origine des carnets La Brocheuse, une immersion
dans la culture scandinave

3 années passées au Danemark vous ont permis de vous imprégner de l’esprit scandinave, réputé pour sa douceur de vivre. Cela a-t-il modifié votre perception de ce(ux) qui nous entoure(nt) ?

Immergée dans cette culture nordique, j’ai pu prendre conscience des enjeux environnementaux et d’une nouvelle façon de vivre et de consommer. La mentalité y est différente sur bien des points et la recherche du bien-être permanente.

C’est tout d’abord dans le domaine de l’habitat que j’ai commencé à évoluer et je me suis rendu compte de l’importance des processus de conception et de fabrication des meubles, depuis le choix des essences de bois jusqu’au choix des matières et couleurs. Ma perception du monde qui nous entoure a effectivement évolué vers quelque chose de plus simple, qualitatif et de plus responsable.

Est-ce ce séjour prolongé au Danemark qui a réveillé en vous l’envie de créer une marque porteuse de valeurs qui vous sont chères ?

C’est en effet le cas. L’artisanat est omniprésent à Copenhague et l’attention apportée aux matières premières de grande qualité est primordiale. J’ai commencé petit à petit à me tourner vers des matériaux plus nobles dans le domaine du mobilier mais respectant l’environnement. C’est suite à une collaboration que j’ai vraiment commencé à m’intéresser à la fabrication d’objets durables en papier.

Carnets La Brocheuse et pochon en lin

Des carnets aux couvertures écologiques fabriquées par l’un des derniers moulins à papier de France

« Un papier particulier qui se suffit à lui-même »

Vous apportez par ailleurs grand soin au choix des matières premières (naturelles) dont sont issues les couvertures de vos carnets, que vous voyez comme autant de prétextes à éveiller nos sens. Pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est à l’étranger que j’ai découvert que l’on pouvait faire du papier avec d’autres matières premières que le bois, comme par exemple le papier à base de crottin d’éléphant, de rhinocéros ou de cheval. A vrai dire, il est possible de fabriquer du papier avec le crottin de tous les animaux herbivores non ruminants car ils rejettent la cellulose sans la digérer, ce qui est très écologique quand on sait combien de « déchets » ils peuvent produire par jour (un cheval peut servir à produire un kilogramme de papier chaque jour).

Aux prémices de la création de La Brocheuse, je recherchais donc des papiers « spéciaux » et écologiques produits en France et c’est ce qui m’a menée vers un moulin à papier non loin de chez moi qui produit du papier à base de crottin de cheval (non odorant bien sûr !). Je trouvais intéressante l’idée de pouvoir fabriquer un carnet écologique, avec une couverture un peu insolite grâce à un papier particulier qui se suffit à lui-même, sans rajouter d’éléments superflus et donc de rester très sobre.

« Chaque feuille a sa propre histoire »

C’est cette chasse aux moulins qui m’a permis de (re)découvrir des papiers fabriqués artisanalement à partir de différentes matières comme la paille de riz, le thé, le cacao, ou de revenir à une fabrication classique comme elle se faisait pendant plusieurs siècles à base de chiffons (papier chiffon), qui peut être agrémenté de fleurs, végétaux, de pigments naturels et texturé. Chaque feuille est fabriquée à la main, chaque feuille a sa propre histoire et son propre processus de fabrication : c’est cet art du temps, de la durée de fabrication qui m’intéressait particulièrement car l’on revient à des valeurs d’antan, où rien n’était immédiat, afin de vraiment créer un lien émotionnel avec l’objet que l’on produit. Les matières, les textures, l’aspect visuel ou encore le sens olfactif sont autant de critères subjectifs à la sélection des papiers que je voulais façonner, afin de devenir un vecteur entre cet artisanat assez méconnu et les personnes qui souhaitent consommer autrement.

Pochon en lin carnets La Brocheuse et bougie Note Suave

Des carnets alliant artisanat, conception responsable, sensibilité…

Plus précisément, quelles valeurs souhaitez-vous véhiculer au travers des carnets La Brocheuse ?

La fabrication du papier par des moulins est malheureusement en train de s’éteindre petit à petit, c’est ce qui a renforcé mon idée de collaborer avec ces établissements, de revenir à un savoir-faire ancestral et d’essayer de le remettre en avant dans ce projet.

J’ai voulu rendre possible le lien entre artisanat, conception responsable et sensibilité au sein d’un seul et même objet du quotidien, tout en le rendant accessible au plus grand nombre. Je souhaite, à travers mes carnets, véhiculer des valeurs simples telles que le retour à une technique de fabrication authentique, locale et respectueuse de l’environnement.

… Et ancrés dans une démarche minimaliste plus globale

Le design des couvertures de vos carnets est résolument minimaliste. Est-ce un art de vivre qui vous est cher, au-delà de son seul aspect esthétique ?

Le minimalisme est une notion importante pour moi, que j’essaye de développer au maximum dans mes projets en général, que je continue en parallèle de La Brocheuse. L’économie d’espace est un questionnement récurrent dans mon travail et mes recherches. Le milieu urbain a multiplié les petites surfaces d’où la quête perpétuelle d’espace : il faut pouvoir répondre aux problèmes actuels et aux problèmes nouveaux, suscités par des besoins culturels, sociaux et fonctionnels, grâce à des solutions porteuses de signification et de qualité.

Le minimalisme est une démarche globale : vraiment inspirée par le Japon, je pense que l’on peut y puiser beaucoup d’idées afin de limiter la surconsommation d’objets et surtout d’apprendre à mieux les choisir.

Note  : Des carnets La Brocheuse, j’aime l’élégance du naturel, empreinte de sobriété, qui en fait des accessoires minimalistes et résolument éco design. Une élégance brute due au soin apporté au choix des matières premières naturelles dont sont issues leurs couvertures (thé, coton, ou, plus insolite, crottin de cheval…). Et, au-delà de cette seule considération esthétique, je suis sensible à l’idée que se fait Joëlle des matières premières qu’elle choisit, perçues par ses soins comme autant de prétextes à éveiller nos sens. Un design et une philosophie parfaitement cohérents qui font de ces carnets une ode à la douceur de vivre, et, me concernant, à la douceur d’écrire…

Crédit photo : Et si deux mains

Filed under: S'INSPIRER

by

J’aime: écrire, encore et encore, découvrir, apprendre, m’apprendre, rire de tout (ou presque), rire de rien (surtout), rire de moi (et pourquoi pas?!), marcher, marcher, ne surtout pas me poser, m’enthousiasmer de ces petits riens qui mis bout à bout forment un tout…

6 Comments

    • Merci beaucoup Nadège ! Ton commentaire me fait d’autant plus plaisir que j’apprécie ton franc parler sur Atelier 23 🙂 !
      Belle journée !

  1. Merci. Tout simplement. Cette jolie marque mérite de se faire une place chez nous. C’est très beau, très épuré. Et quel message derriere ! C’est fantastique ! Merci ! Heureusement des gens comme Joëlle existent encore. Et ça m’inspire…

    • Oh, merci à toi pour tes mots doux, jolie dameoiselle de papier ! Je suis d’accord avec toi, que ce soit en termes de design ou de philosophie, La Brocheuse a toute sa place dans notre intérieur… et je serais curieuse de voir le fruit de ton inspiration 😉 ! Belle journée !

  2. Merci pour cette jolie découverte! Je suis une grande fane de papeterie, et c’est un des sujets qui me taraudent en ce moment : comment parvenir à allier mon amour de la papeterie à une consommation plus respectueuse de l’environnement? Je suis émerveillée de voir de belles marques se créent pour répondre avec sincérité à cette problématique :-).

    • Merci pour ton retour :), comme toi je suis émerveillée de voir que de belles marques, porteuses de valeurs et à la démarche éco responsable aboutie, voient le jour ! Et je suis ravie si cela te donne des idées pour tes prochains besoins en carnets ;)…

      Belle journée !

Comments are closed.